Sélectionner une page
Les portables évoluent toujours moins vite que les PC de bureau notamment au niveau de leur carte graphique qui a généralement une génération de retard. L’année dernière, la majorité des portables Centrino “performants” étaient vendus avec une Radeon Mobility 9000/9200 ou une GeForceFX Go 5200. Cette année, de nombreux constructeurs ont fait évoluer leur machine vers des solutions plus puissantes. Ainsi, les portables les plus aptes à la 3D disposent aujourd’hui d’une Radeon Mobility 9600 (M10) voire même d’une Radeon Mobility 9700 (M11). Cette évolution n’est pas la seule dans le marché des portables. Les disques durs ont évolué vers des vitesses de rotation plus importantes et délivrent à présent les performances attendues. Enfin, le monde mobile semble se diriger de plus en plus vers des portables “barebones” conçus à la carte. Pour illustrer ces nouvelles tendances, nous vous proposons un match entre l’Aopen 1557 et le XBook CL56…

Centrino, la réussite !

La technologie Centrino repose sur trois composants : le processeur Pentium-m, le chipset i855 et la carte réseau Wifi Intel ProWireless. Malgré des fréquences modestes, le Pentium-m a débuté à seulement 1.3GHz, son architecture interne fait des merveilles. Grâce à un pipeline court et à un grand cache L2 de 1Mo pour les Banias et 2Mo pour les nouveaux Dothan, les performances sont de premier ordre. Les Pentium-m à moins de 2GHz tiennent parfaitement la comparaison avec les Pentium 4 cadencés à plus de 2GHz. Preuve si nécessaire que les MHz ne font pas tout. En outre, le Pentium-m a été conçu dans une optique mobile dès le départ. Il consomme et chauffe peu avec comme corollaire une autonomie typique de 4 heures et un silence de fonctionnement exemplaire. Cette belle autonomie vient de plusieurs technologies : le SpeedStep et un cache L2 économique. Grâce au SpeedStep nativement pris en charge par Windows XP le Pentium-m baisse sa fréquence à 600MHz quand il n’est pas sollicité. Elle peut monter par paliers en fonction de la charge jusqu’à sa fréquence maximale de manière totalement transparente. Il n’y a donc pas lieu de s’inquiéter des 600MHz affichés dans les propriétés système. Contrairement aux caches L2 classiques, celui du Pentium-m ne doit pas être entièrement mis sous tension pour accéder aux données. Seule la partie nécesaire est alimentée. Cette technologie contribue largement à réduire la consommation et augmenter l’autonomie. Les Pentium-m sont de véritables merveilles !
Le chipset i855PM est le compagnon du Pentium-m. Il pilote un port AGP 4x et gère la DDR (266 et 333) en single channel. Des spécifications bien modestes en comparaison avec le dual channel en DDR400 et l’AGP 8x de chipsets pour desktops récents. De par sa conception même, le Pentium-m n’a pas besoin de ces technologies gourmandes en puissance. L’i855PM délivre une bande passante suffisante au Pentium-m et l’AGP 4x reste largement à la hauteur des puces 3D utilisées dans les portables. Un de ces principaux avantages est également de très bien gérer l’énergie avec la possibilité de mettre hors tension les bus non utilisés.
Le dernier élément du trio est la carte réseau sans fils. Lors de l’introduction du Centrino, la carte a débuté sa carrière à la norme 802.11b. Actuellement, elle vient d’évoluer vers le 802.11g. Comme les autres composants, elle est économe en énergie. La carte réseau Wifi est un petit module MiniPCI. Elle peut donc être remplacée par un modèle plus performant (évolution du 802.11b au 802.11g par exemple).

Les Radeon Mobility

Après les Radeon Mobility 9000/9200 (M9) dérivés des versions desktops, ATI a introduit les Radeon Mobility 9600 M10 et Radeon Mobility 9700 M11. Contrairement à ce que son nom laisse penser, la M11 ne dérive absolument pas de l’exceptionnelle Radeon 9700. Toutes deux sont issues de la Radeon 9600 ! Mais quelle est la différence ? La M11 exploite simplement des fréquences plus élevées ! Sa dénomination Mobility 9700 est plus une duperie marketing qu’autre chose. Pour en revenir aux fréquences, là encore, il subsiste un certain flou. Les constructeurs sont libres de choisir la fréquence utilisée pour leur puce. Dans le cadre de nos portables de tests, le XBook CL56 exploite une M11 avec un VPU à 391MHz tandis que l’Aopen 1557 utilise une M10 à 344MHz. Au niveau de la mémoire, les deux systèmes exploitent de la DDR 128bits. Ici encore le choix de la fréquence est laissé à la discrétion du constructeur. Le CL56 dispose de 128Mo à 203MHz alors que le 1557 embarque 64Mo à 209MHz. A titre de rappel :

  • Radeon 9800 XT : 8 pipelines à 412MHz et DDR 256bits à 365MHz
  • Radeon 9800 : 8 pipelines à 325MHz et DDR 256bits 290MHz
  • Radeon 9700 : 8 pipelines à 275MHz et DDR 256bits à 270MHz
  • Radeon 9600 XT : 4 pipelines à 500MHz et DDR 128bits 325MHz
  • Radeon 9600 Pro : 4 pipelines à 400MHz et DDR 128bits à 300MHz
  • Radeon 9600 SE : 4 pipelines à 325MHz et DDR 128bits à 200MHz

    Nos M10 et M11 sont donc assez loin de leur cousine de bureau surtout au niveau des fréquences mémoires limitées à un peu plus de 200MHz. Soit dit en passant, les M9 exploitent également de la DDR 128bits à ~200MHz.
    Les GPU reposent sur 4 pipelines et supportent DirectX 9 (Pixel et Vertex Shaders 2.0) avec des performances assez honorables comme nous le verrons. Vous pouvez vous reporter à cet article sur la Radeon 9600. Petit détail au sujet de la gestion de l’énergie : outre leur gravure en 130nm Low-K, les Radeon Mobility gèrent le ClockGating qui permet d’arrêter des parties non utilisées du VPU pour réduire la consommation. Ils sont également capable de baisser leur fréquence et leur voltage afin de consommer moins… Les M10 et M11 bénéficient aussi de l’ATI OVERDRIVE™ capable d’ajuster la fréquence dynamiquement en fonction de la tempétature. L’ensemble des fonctionnalités de gestion est repris sous le terme PowerPlay 4.

    Les barebones

    Les barebones portables ont franchement le vent en poupe dans notre forum. Face à des solutions figées comme celles de bon nombre de grands constructeurs, les barebones permettent à l’utilisateur de choisir le processeur, le disque dur, le média optique (comb DVD/CDRW ou graveur DVD) et pourquoi pas un jour la carte graphique avec des solutions comme MXM. En attendant, seul Dell propose via des solutions propriétaires un choix de module graphique dans certains de ses modèles.
    La souplesse de configuration des barebones rend les comparaisons de performances un peu délicates. En effet, si le couple Pentium-m et i855PM est toujours présent dans les Centrino et conditionne en partie les performances, il n’en va pas de même pour le disque dur qui a un impact important sur la vitesse globale. En d’autres mots, choisir un processeur plus lent mais opter pour un disque dur plus rapide peut largement influencer les performances. Dans un autre registre, le choix d’un graveur de DVD peut se révéler plus intéressant également qu’un processeur rapide. Selon nous, le processeur est toujours l’élément le plus rapide. Et il reste préférable de favoriser la mémoire, le disque dur ou le graveur DVD que de la puissance processeur pure.

    Aopen 1557XBook CL56

    Aopen 1557

    L'Aopen 1557 soigne son look !L’arrivée d’Aopen sur le marché des portables est assez récente. Aopen ne produit pas ses machines lui-même et confie sa production probablement à Quanta. La ligne de la machine est très réussie. Le châssis se compose d’une base gris foncé tout comme le carter de l’écran. Le repose poignets est quant à lui argenté tout comme le système de pointage Synapthic et sa croix directionnelle. Le bouton d’ouverture de l’écran de trouve au milieu du châssis. La batterie est située à sa droite et à sa gauche nous retrouvons un graveur DVD-R/RW 2.4x fixé au châssis. Le côté droit de la machine abrite le loquet Kensington et la sortie d’air du processeur. A l’arrière du 1557, nous trouvons de gauche à droite : prise d’alimentation, sortie TV SVHS, connecteur VGA, port parallèle, RJ11, RJ45, FireWire (4 broches), 3 USB 2.0 ainsi qu’une entrée et une sortie audio. Dans le flanc gauche, Aopen a placé un lecteur SD et un port PCcard, l’infrarouge et la molette de contrôle du volume. Sous le portable, il y a trois “trappes” : disque dur, mémoire et batterie.
    A l’utilisation, la machine est très ergonomique. Le repose poignet manque un peu de rigidité et les boutons du touchpad sont un peu bas et sonnent un peu “léger”. Le clavier est bien disposé mais manque lui aussi de rigidité. Il est secondé par cinq touches (activation Wifi, internet, mail, programme 1 et programme 2) dont deux programmables à souhait via le pilote. Au dessus du clavier se trouvent 4 touches et un petit écran LCD qui permettent de lire des CD audio quand le portable est hors tension. Il faudra cependant ouvrir la machine pour y accéder… De part et d’autre de cette section audio, nous retrouvons deux petits speakers de qualité standard pour un portable.
    Côté écran, nous avons droit à ce qui peut être considéré comme un grand classique : un TFT de 15 pouces en 1400×1050. La dalle ne suscite pas de critique. Elle utilise la technologie TN + Film. Les angles de vision sont corrects sauf “vers le bas”. Mais le plus important pour les “gamers” ou les fans de DVD, elle ne laisse aucune rémanence. Le carter est hélas un peu souple et il faudra prendre soin de ne pas le comprimer. Les charnières sont de petite taille et ont parfois du mal à empêcher les vibrations de la dalle (dans le train par exemple).

    Pas de renfort central...


    Le bundle est léger, seul un CD-ROM de pilotes est livré. Le but est bien entendu de maintenir le prix le plus bas possible. Ainsi malgré les spécifications plus qu’intéressantes, la machine est proposée à ~1600€.
    Au niveau hardware, la machine que nous testons dispose d’un Pentium-m 1.5GHz, de 512Mo de DDR, d’un disque dur Hitachi 60Go à 7200rpm, un graveur DVD+R/RW 2.4x et d’une Radeon M10 64Mo (344/209MHz).

    XBook CL56

    Plus carré, le XBook CL56 est très robuste...“Ah, mon vieil ami !” Ce petit clin d’œil à ce bon vieux Serious Sam 2 est bien valable pour notre XBook CL56. En effet, produit par Compal, il exploite le même châssis que les CL50 et CL51 (voir L’attaque des clones). Nous retrouvons donc ici un grand nombre de points communs avec la machine qui nous a permis de tester pour la première fois la technologie Centrino (ou La Grande Vadrouille). Le XBook CL56 a toutefois un peu changé à l’extérieur même si les plus grandes mutations se situent à l’intérieur. La ligne extérieure reste identique avec un look pour le moins carré atténué par un jonc d’aluminium brossé dans le repose poignets. Le XBook CL56 troque la robe gris-bleu clair pour au profit d’une tenue bleu nuit. Au passage, les grilles des diffuseurs avec leur pourtour lui aussi en alu brossé cèdent leur place à des éléments en plastique. Le XBook CL56 perd donc un peu de ce charme qui nous avait séduit dans le XBook CL50. Dans la foulée, les leds bleues sont devenues vertes et ambre… Plus sérieux, il fait aussi plus austère. Outre ces détails purement cosmétiques, le CL56 perd le carter d’écran en aluminium au profit d’un en plastique. Celui-ci conserve par contre une très grande robustesse d’autant plus que les charnières tiennent franchement la comparaison avec des IBM !
    L’ouverture de l’écran est traditionnelle avec un loquet. Nous avons ici affaire à une dalle TFT de 15 pouces affichant du 1400×1050. Elle est du même acabit que celle de l’Aopen et n’éveille aucune critique particulière. Sous l’écran, le bouton de mise sous tension et deux boutons programmables qui sans leur pilote lancent le mail et la navigation Internet. L’ergonomie est un peu moins soignée. Si le clavier et le repose poignets sont d’une rigidité exemplaire, le touchpad également signé Synaptics n’a pas de croix directionnelle. Le repose poignets est également un peu trop horizontal, nous aurions aimé qu’il soit un peu incliné pour un meilleur confort de frappe…

    La grande plaque métallique sert de renfort, de support au clavier et de dissipateur thermique. Rigide et efficace !


    Les deux diffuseurs prennent place dans les flancs. Ils sont d’un niveau normal pour ce type de machine. Sur le côté droit, nous trouvons l’emplacement du disque dur, la prise d’alimentation et les évents de ventilation. Au dos de la machine, le XBook CL56 reprend la connectique du CL50 : port parallèle, sortie VGA, 2 USB 2.0, RJ11, RJ45, SVHS et FireWire (4 broches). Le flanc gauche contient les ports SD et PCcard, l’infrarouge, l’interrupteur Wifi ainsi qu’une entrée et une sortie audio. Les possibilités de connexion sont identiques pour le CL56 et le 1557. Le graveur DVD Toshiba SD-R6372 supportant les normes +R/RW et –R/RW est placé dans une baie à gauche dans la “façade”. Du côté droit se trouve la batterie qui se démonte par le bas. La trappe d’accès aux deux banques mémoire est sous le XBook CL56.
    Le XBook CL56 est livré avec un CD-ROM de pilotes et une sacoche de transport. Son prix franchement plus élevé (2515€)se justifie en partie par la Radeon 9700 128Mo, le graveur DVD universel et la solidité générale de la machine. A ce tarif, nous aurions quand même aimé un disque dur à 7200rpm…
    Le XBook CL56 est équipé d’un Pentium-m à 1.6GHz, 512Mo, un disque dur Hitachi 60Go à 5400rpm, un graveur DVD universel, et une Radeon Mobility 9700 128Mo.

    Les performances

    Pour ce comparatif, nous avons pris en référence le CL50 et donné les performances de l’Aspire 1500 (Athlon 64 et Radeon 9600) à titre d’information. La mise à jour de notre procédure de test fait que certains scores ne sont hélas pas disponibles…

    Pas de surprise au niveau de l’indice CPU Mark 99. Le XBook CL56 se place devant l’Aopen 1557 et le CL50 qui font jeu égal. L’Athlon 64 est loin devant…

    CineBench 2003 est un indice attribué en fonction de la vitesse de rendu d’une image de synthèse. Il dépend des mêmes critères que le CPU Mark 99, les conclusions sont donc identiques…

    Super Pi est lui aussi un test processeur. Sans raison évidente, l’Aopen 1557 qui dispose du même processeur que le CL50 affiche ici de meilleures performances même après plusieurs mesures. Le XBook CL56 s’attribue la meilleure place des Centrino. L’Athlon 64 reste le plus rapide…

    La compression MP3 est un test plus concret. Dans ce domaine, les Pentium-m sont plutôt à l’aise. Ainsi le Pentium-m 1.6GHz du XBook CL56 prend la tête devant l’Athlon 64 du Aspire 1500. Plus rapide à Super Pi, l’Aopen 1557 s’incline devant le CL50 pourtant équipé du même processeur.

    La compression vidéo avec WME9 donne un classement différent (largement en faveur de l’Athlon 64). Pour en revenir à nos concurrents, les CL50 et 1557 font une performance comparable avec un léger avantage pour l’Aopen (8 secondes de moins). Le XBook CL56 et son Pentium-m 1.6GHz se classe entre l’Athlon 64 et le Pentium-m 1.5GHz.

    Les tests de performances processeur montrent que les écarts peuvent être variables en fonction des tests. Il y a très peu d’écart entre le Pentium-m pour la compression MP3 (en général ~10 minutes pour un album en compressé VBR). En traitement vidéo, l’écart est plus marqué. En bureautique, le processeur passerait son temps à vous attendre !

    3D Mark 2001 souffle peut-être sa troisième bougie mais il illustre bien les performances des portables dans les jeux plus anciens (DirectX 7). Ici, le classement dépend dans un premier temps de la carte graphique mais aussi de la puissance du processeur. Il n’est donc pas étonnant de voir l’Aspire prendre la tête grâce à son Athlon 64. Il se place devant le XBook CL56 pourtant équipé d’un M11. A processeur identique, la M10 de l’Aopen 1557 lui permet de se démarquer du CL50 équipé d’une M9…

    3D Mark 2003 est bien plus représentatif des gros jeux récents. Ici, c’est la carte graphique qui fait la loi. Le XBook CL56 se classe premier suivi de près par l’Acer poussé par son puissant Athlon 64. L’Aopen 1557 s’en sort très bien alors que le bon CL50 est largué avec sa M9 qui ne suit plus…





    Ces différents résultats illustrent que le processeur ne fait pas tout dans la pratique même s’il nous manque hélas des scores pour Far Cry. Ce jeu montre d’ailleurs que 128Mo ne sont pas un luxe en mode hauts détails (test réalisé avec Bench’emAll pour les qualités de rendu). Plus le jeu est sophistiqué en 3D, plus la puissance de la carte graphique est importante. Pour des jeux plus simples comme UT2003, le processeur peut faire la différence. A vous de juger…

    Les tests de bureautique montrent que l’Athlon 64 est une bête de course. Pour en revenir à nos Centrino, l’Aopen 1557 compense très bien son petit Pentium-m 1.5GHz par un disque dur à 7200rpm. Il offre ainsi un meilleur score au Business Winstone 2004 (bureautique de base). Le XBook CL56 reprend par contre l’avantage au Content Creation 2004 qui fait intervenir de la compression audio et vidéo permettant à son Pentium-m 1.6Ghz de faire la différence. Notons enfin que le CL50 s’en sort bien au Business Winstone 2004 mais cède beaucoup de terrain au Content Creation 2004. Aussi vrai que la carte graphique joue un rôle capital dans les performances 3D, le disque dur est un facteur décisif dans les performances bureautiques.

    Les excellentes performances de l’Aopen 1557 sont liées à son Hitachi TravelStar de 60Go tournant à 7200rpm et doté de 8Mo de cache. La seconde place revient au XBook CL56 grâce également à un disque Hitachi TravelStar de 60Go avec 8Mo mais limité à 5400rpm. Le CL50 s’en sort très bien avec son Seagate Momentus de 40Go à 5400rpm doté de 8Mo. L’Aspire est “plombé” par un disque de 40Go à 4200rpm avec seulement 2Mo… Le meilleur temps d’accès revient également au 7200rpm : 8ms contre 10ms pour les 5400rpm et plus de 12ms pour le 4200rpm. Autant le dire tout de suite, les performances du disque dur illustrent plus que des benchs le confort d’utilisation du portable en usage quotidien…

    Avec 4 heures d’autonomie, les Centrino permettent de travailler une demi-journée sans fils. Il ne faut pas prendre ces mesures à la minute près, d’un test à l’autre, l’écart peut varier d’une dizaine de minutes. A noter toutefois que les CL50 et CL56 ont une batterie de 59200mAh contre 65120mAh pour l’Aopen. Ce dernier devrait d’ailleurs avoir une autonomie plus longue mais elle est probablement un peu écourtée par le disque dur à 7200rpm.

    Les graveurs de DVD

    Le XBook CL56 prend un net avantage sur l’Aopen 1557. Son graveur est non seulement un modèle universel signé Toshiba SD-R6372 contre un générique DVD+RW RW8160 mais il se montre plus performant et plus silencieux. Le SD-R6372 grave les DVD-R et DVD+R 4x. Le DVD+RW RW8160 serait un RICOH MP8160 limité à 2.4x pour les DVD+R et DVD+RW. Pour la création de CD, le Toshiba est toujours plus rapide : 16x en CDR et 10x en CD-RW. Le RICOH MP8160 est lui “limité” à 8x en CD-RW. Les deux graveurs sont repris dans la liste de compatibilité de Alcohol 120%…

    Graveur +R/RW 2.4x pour l'AopenGraveur Toshiba universel 4x pour le Xbook CL56.


    Les temps d’accès que nous avons mesurés en mode lecteur CD-ROM (le plus fréquemment utilisé) donnent un avantage au Toshiba avec un exceptionnel 87ms contre 113ms pour le Ricoh. Le SD-R6372 conserve également le titre pour le taux de transfert : 1415ko/s de moyenne contre 1183ko/s pour le RW8160.

    Solidité, finition, confort, garantie…

    Le confort vient du silence… Dans ce domaine, le XBook CL56 conserve le titre acquis par son cousin le CL50. A vitesse minimale, le ventilateur est presque inaudible. Quand il passe à la vitesse supérieure, son niveau sonore reste inférieur à celui de bon nombre de portables dont l’Aopen 1557. Ce dernier reste dans la bonne moyenne avec une ventilation discrète à faible vitesse mais plus marquante au régime maximum. Le niveau reste cependant en dessous de celui des portables équipés de processeurs de bureau et surtout le ventilateur n’est pas actif durant de longues périodes. Que ce soit dans le cas du XBook CL56 ou de l’Aopen 1557, la fin d’un test comme le 3D Mark 2001 ou 2003 se solde par l’arrêt du ventilateur avant même d’avoir le temps de lire le score détaillé…

    Plus rigide grâce au son renfort métallique, le XBook est aussi plus léger...


    La finition du CL56 est supérieure à celle du 1557. Le jour entre la trappe du graveur et le châssis témoigne d’un niveau inférieur sur l’Aopen. Comme nous l’avons déjà signalé, les charnières du 1557 sont aussi moins robustes et peinent à amortir une oscillation de l’écran. Le démontage du clavier explique en grande partie les raisons de cette “souplesse” de l’Aopen. Là où le XBook CL56 dispose d’un élément en une seule pièce pour couvrir le châssis et supporter le clavier, l’Aopen oppose une construction en plusieurs pièces, qui plus est, sans renfort métallique. De plus, le CL56 bénéficie de plusieurs vis qui solidarisent la partie haute à la partie basse du châssis. Le remède serait simple à mettre en œuvre pour le constructeur : un encadrement renforcé autour du clavier avec des vis pour le fixer au bas du châssis…
    Les grosses charnières du XBook peut être serrées facilement.


    Aopen est pourtant assez sûr de lui et pour preuve, il annonce une garantie de 2 ans sur ces machines. Il s’agit d’un véritable plus dans la mesure où la durée de vie de la machine dépasse les trois ans avant d’être obsolète ou que le prix d’une intervention est plus élevé que celui d’un portable neuf…
    Aopen : un peu bruyant à plein régimeXBook très silencieux.

    ''Tresse'' écran de l'Aopen, un peu lâche...Nappe écran vissée sur le XBook.

    Carte Wifi accessible mais antenne dans le chassis.Carte plus accessible que dans le CL50 et antenne dans l'écran pour le CL56.

    Le clavier du 1557 n'est pas vissé, mauvais pour larigité.Clavier vissé sur le XBook déjà très rigide.

    Rapport prix/performances

    Tant que nous parlons de prix, il y a un facteur plus important que celui-ci : les rapport prix/performances et qualité/prix. Dans ce domaine, rien n’est plus simple ! L’Aopen s’octroie le titre le meilleur rapport prix/performances et le XBook CL56 celui de meilleur rapport qualité/prix/performances. Nous avons cherché sur Internet et force est de constater qu’il est difficile de trouver plus puissant et moins cher que l’Aopen 1557. Le XBook n’est pas hors course ! En effet, même s’il est plus cher, il reste plus silencieux et plus robuste. Il peut aussi compter sur sa M11 qui attirera les gamers et son excellent graveur DVD Toshiba. Il ne faut pas non plus oublier que l’Aopen mise sur un disque 7200rpm et 2 ans de garantie. Une chose est certaine, la qualité a un prix qui nous semble justifié dans le cas de ces deux machines…

    L'écran du XBook CL56 est plus luminueux (photo dans le noir, écran au max).

    Détails…

  • Parmi les petits détails à mentionner, nous retiendrons qu’après chaque démarrage de l’Aopen 1557 il faut activer le réseau via la touche programmable. Ce détail anodin peut éventuellement poser problème à une installation Linux.
  • Point amusant, les transformateurs sont signés Liteon dans les deux cas. Ils délivrent tous les deux 19v avec 3.42A mais celui du CL56 est plus compact.
  • 15 pouces obligent, les machines ont des encombrements et poids comparables. L’Aopen 1557 (2955gr) accuse 95gr de plus que le CL56 (2860gr comme le CL50). L’écart grossit encore avec 60gr de plus pour le transformateur. Au final, il faut compter 3260gr pour le XBook CL56 et son adaptateur et 3415gr pour l’Aopen 1557.
    Tailles comparables.L'Aopen est un rien plus fin que le Xbook.
  • Les deux machines sont issues de la production courante. FGI France nous a envoyé le premier XBook CL56 reçu. Toutes les protections étaient encore dessus. L’Aopen 1557 a été monté en 15 minutes lors de notre visite chez SHS Liège. Nous en profitons pour les remercier pour le prêt des machines (sachant que nous allions les torturer) !
  • Pour ne rien cacher dans ce comparatif, les machines ont tourné non stop plus de 72 heures ! Sur les 4 jours de tests intensifs, l’Aopen a eu deux freezes dont un totalement pardonné lors des tests d’overclocking contre 0 pour le CL56…

    Conclusion

    Prix et performances ou qualité, prix et performance ?Cet article nous a permis d’illustrer de nombreux points. Les barebones portables permettent de concevoir des machines adaptées, notamment en choisissant un excellent disque dur gage de confort d’utilisation, en pesant le pour et le contre d’un combo graveur CD lecteur DVD face à un graveur DVD ou encore en modulant le choix du processeur comme dernier critère pour rester dans le budget. Les tests ont bien montré qu’un meilleur disque permet de prendre l’avantage. Le processeur est loin d’être le critère de choix ! Il est même secondaire ! Nous conseillons d’ailleurs de favoriser la carte 3D pour les gamers et le disque dur pour les utilisateurs “standards” seuls les fans de compression vidéo pourront justifier le choix d’un très gros CPU.

    Pour en revenir à nos deux machines, le XBook CL56 est certainement un des meilleurs portables du marché : très performant, silencieux, robuste. Il est certes un peu plus austère que son cousin le CL50, mais il s’impose comme valeur sûre avec un bon rapport qualité/prix/performances. Tel que nous l’avons testé, le XBook CL56 est une machine sans réel point faible à l’exception du prix !

    L’Aopen 1557 mise sur le prix et le design. Quand le budget n’est pas élastique, certains préfèrent faire des concessions sur la rigidité et la finition. La garantie de 2 ans et quelques précautions supplémentaires permettent de pallier à ce défaut. Dans le cadre de la machine testée, le TravelStar 60Go 7200rpm compense un peu la contre performance du graveur.

    Principal défaut de l'Aopen : manque de rigidité.Principal défaut du Xbook : le prix !

    XBook CL 56 : 9/10
    Pour :
    Radeon Mobility 9700 128Mo, Graveur DVD universel 4x !, silence exceptionnel, qualité de construction & rigidité, sacoche de transport, écran lumineux
    Contre : Prix fort élevé, plus de carter écran alu, antenne Wifi dans le carter d’écran, disque 5400rpm.

    Aopen 1557 : 8.5/10
    Pour :
    Prix, Radeon Mobility 9600, disque dur 60Go 7200rpm, garantie 2 ans, boutons programmables, lecture CD portable éteint, look
    Contre : Manque de rigidité : clavier, châssis et carter écran, graveur +R/RW lent et bruyant, ventilation plus bruyante, Wifi à activer à chaque démarrage (Linux ?)