Sélectionner une page
Quand on « bricole » avec différents PC et notamment des portables, surtout sans lecteur optique, on se rend vite compte que quelques adaptateurs seraient les bienvenus. Si les boîtiers externes peuvent parfois sauver la mise ou faire gagner pas mal de temps, ils restent généralement limités à une adaptation IDE vers USB… Le constructeur Digitus propose depuis quelques temps déjà un petit kit particulièrement pratique appelé USB 2.0 to IDE & SATA adapter cable. Visiblement, il se présente comme la solution idéale pour adapter un disque dur IDE (3 ½ pouces ou 2 ½ pouces) et SATA en USB. Un outil incontournable ?

Que fait-il concrètement ?

Le kit se compose de l’adaptateur lui-même avec sa prise USB fixe. Digitus livre également un câble SATA, un adaptateur Molex -> SATA ainsi qu’une prise Molex spécifique pour alimenter le convertisseur via le PC et un transformateur secteur (25 watts) avec une sortie Molex. Cet équipement complet permet donc de brancher un périphérique en USB sans qu’il ne soit nécessaire d’ouvrir l’ordinateur.

L’adaptateur de Digitus dispose de 3 entrées : 1 SATA et 2 IDE (au format 2 ½ pouces et 3 ½ pouces). Dans tous les cas, la « sortie » se fait par la prise USB 2.0. Il n’est pas possible de connecter le port SATA de l’adaptateur directement à la carte mère pour interfacer les périphériques en SATA.

Disque dur 2 ½ pouces IDE

Nous avons utilisé le Travelstar 7K60 en mode natif dans un ordinateur portable ThinkPad T41p et en USB via l’adaptateur Digitus. Dans notre test, l’alimentation délivrée par le port USB était suffisante pour ne pas avoir recours à l’adaptateur secteur. Connecté en USB, le taux de transfert du 7K60 est bridé à ~33 Mo/s mais le temps d’accès de l’ordre de 15 ms est préservé. Dans la foulée, nous avons testé le 7K60 avec un boîtier IcyBox qui a donné des performances comparables à l’adaptateur de Digitus. Au passage, on regrette d’absence d’un interrupteur sur le Digitus ainsi que d’une alimentation auxiliaire via une seconde prise USB comme sur l’IcyBox. In fine, ces produits n’ayant pas les mêmes usages, on n’en tient pas vraiment rigueur. Comme toujours, le raccordement en USB demande plus de ressources au niveau du processeur.

7K60 en USB 2.0 via l’adaptateur Digitus

7K60 en PATA natif

7K60 en USB 2.0 via IcyBox

Disque dur 3 ½ pouces SATA

Pour tester la conversion SATA vers USB 2.0, nous avons utilisé un disque dur Deskstar de 80 Go à 7200 rpm. Comme avec le disque IDE de 2 ½ pouces, le taux de transfert plafonne aux alentours de 33 Mo/s avec une utilisation du processeur de l’ordre de 10% et un temps d’accès de 15 ms. A titre indicatif, le branchement SATA natif permet d’atteindre un taux de transfert maximum de 60 Mo/s avec une moyenne 48 Mo/s et un temps d’accès de 12 ms avec une consommation CPU de l’ordre de 1 %. Le débit burst, non exploitable via l’USB, point à 122 Mo/s.
Connecter un disque SATA via l’USB reste donc très pénalisant en termes de performances. Pour de gros transferts vraiment occasionnels, il peut être plus rapide d’ouvrir le PC pour y connecter le disque en mode natif.

Deskstar 80 Go en USB 2.0 via l’adaptateur Digitus

Deskstar 80 Go en SATA natif

Périphérique 3 ½ pouces

Nous ne nous sommes pas attardés sur le branchement d’un disque IDE 3 ½ pouces. Comme dans les deux autres essais, les performances sont limitées de la même manière. Il nous a semblé plus intéressant de tester d’autres périphériques tels que lecteur et surtout graveur de DVD.

  • Nec ND-2500A : ce graveur de DVD IDE déjà ancien n’a jamais été reconnu malgré nos essais avec différentes positions du cavalier. Rien, nada ! Inexploitable.
  • Pioneer DVD-116/2 : pas le moindre souci avec ce lecteur de DVD. Il a été reconnu directement.
  • Nec AD-7173S : cet autre graveur Nec est très récent et bénéficie d’une interface SATA. Il a été directement reconnu et utilisable. Nero Burning Rom (version déjà ancienne 6.6) l’identifie également sans souci.
  • Les performances du Nec AD-7173S SATA sont relativement bien préservées en USB 2.0 comme le montrent les tests réalisés avec Nero CD/DVD speed et le DVD de Supreme Commander. Seule l’occupation du processeur est revue à la hausse. Dernier point très positif, l’adaptateur de Digitus nous a permis de booter via le graveur Nec SATA et le lecteur Pioneer IDE… Il faut cependant souligner que cette possibilité dépend également en partie du portable ou de la carte mère.

    Nec AD-7173S en natif

    Nec AD-7173S en USB 2.0 via l’adaptateur Digitus

    Côté gravure, tout s’est très bien déroulé. Le Nec AD-7173S connecté via le Digitus a réussi à graver 4,3 Go de données en 12x (16 Mo/s) sur un DVD-R bas de gamme certifié 8x. L’écriture du média a été bouclée en 7 minutes et le disque est parfaitement lisible. Via son interface native, ce graveur ne fait pas mieux…

    Pour quel usage ?

    L’adaptateur de Digitus est intéressant à plus d’un titre. Son principal avantage est de donner un accès direct aux disques durs 2 ½ pouces IDE des portables sur un ordinateur de bureau. Les raisons d’un tel usage sont multiples : accès aux données d’un portable en panne, tentative de récupération de données sur un disque qui rend l’âme ou encore pré chargement d’un système d’exploitation sur un portable sans unité optique.
    Outre ces précieux services en cas de scénarios catastrophe, l’adaptateur de Digitus permet d’offrir un graveur « DVD dernier cri » pour un portable. Moyennant les 30 € de l’adaptateur et aux alentours de 20 € pour un graveur, le tour est joué. Même si on trouve déjà des graveurs externes à 50 €, l’adaptateur de Digitus reste intéressant (surtout en usage occasionnel) en raison des autres services qu’il peut rendre…

    Il faut souligner que Digitus semble être à l’écoute des critiques formulées lors des tests. Nos confrères de Blue-Hardware avaient déjà réalisé un test de cet adaptateur et avaient noté que la position du connecteur IDE 3 ½ pouces empêchait le branchement sur certains graveurs. Notre modèle, plus récent, corrige ce problème avec un connecteur déporté à l’extrémité de l’adaptateur, ce qui laisse place nette à la prise d’alimentation.
    Autre point fort pour un produit un peu « fourre-tout » et pas très cher, le site de Digitus existe en français et propose le manuel ainsi que les pilotes pour Windows 9x en téléchargement. Toujours pratique si on égare le petit CD de 8 cm livré…

    Conclusion

    L’adaptateur de Digitus a sa place dans la boîte à outils de tous ceux qui sont amenés à intervenir sur des ordinateurs. Particulièrement pratique pour la connexion d’un disque dur 2 ½ pouces à un desktop, il se montre également efficace pour brancher un graveur SATA ou IDE externe via l’USB 2.0. Dans le cas des disques durs, le taux de transfert est certes bridé à 33 Mo/s et le temps d’accès reste de l’ordre de 15 ms mais le débit reste suffisamment constant pour graver rapidement dans de très bonnes conditions. Très complet et « autonome », ce kit permet de brancher de nombreux périphériques avec des interfaces variées sans avoir à ouvrir le PC hôte. L’emballage pas pratique et peu écologique en plastique des premiers modèles cède sa place à une boîte en carton compacte utilisable pour le transport. Dernier détail, cette nouvelle version dispose d’un connecteur IDE à présent bien placé.

    Digitus USB 2.0 to IDE & SATA adapter cable : 10/10
    Pour :
    Connectique et bundle complets, bonnes performances, adaptateur seul très compact, « boot » possible sur CD/DVD, prix (30 € chez Compumsa), site en français avec les pilotes.
    Contre : Rien de spécial.