Sélectionner une page
Lors de l’arrivée de la DDR2 en 2003, cette nouvelle mémoire n’a séduit personne. Soutenue par Intel dont les Pentium 4 et D étaient dépassés par les Athlon 64 et X2, elle ne présentait alors aucun intérêt. Depuis que les Core 2 Duo dominent le marché des processeurs, la DDR2 représente le plus gros des ventes. A l’image de la DDR-400 qui s’était imposée comme « le standard en DDR », la DDR2-800 prend à présent le relais. Aujourd’hui, on trouve de nombreux kits de 2 x 1 Go de DDR2-800 à partir de 100 €. Mais sont-ils tous égaux au niveau des performances ou de l’overclocking ? Pour le savoir, nous avons testé des kits de chez Corsair, Crucial, Geil, G.Skill, Kingston, Mushkin, Patriot et Transcend…

Préparation…

Les préparatifs de ce comparatif ont commencé à la mi-juillet. Nous avons contacté les constructeurs en leur demandant un kit de DDR2-800 CL4 proche des 100 €. En cette période estivale, certains constructeurs et/ou leur agence de presse voire leur département marketing étaient en vacances. Tous ont cependant fait leur possible pour répondre à la demande avec parfois un peu de mal comme OCZ ou en s’éloignant « un peu beaucoup » de la demande initiale. C’est le cas de Mushkin dont un grossiste a directement fait la demande d’un kit pour notre dossier à la maison mère en Allemagne. Cette dernière a par ailleurs répondu très rapidement mais en nous faisant parvenir un kit facturé début août à 160 € et aujourd’hui affiché aux alentours de 200 € soit plus du double du kit aXeRAMD de Transcend … D’ici un mois, nous réaliserons une mise à jour de ce dossier avec de nouveaux kits plus proches de nos desideratas initiaux.

Le kit OCZ est arrivé trop tard pour la photo !

Petits rappels…

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il convient de rappeler quelques points techniques. Les mémoires sont qualifiées par leur fréquence, leurs timings et « accessoirement » par une tension de fonctionnement. Les spécifications standard des mémoires sont dictées par le JEDEC. Ainsi, la DDR2 doit normalement fonctionner avec une tension de 1,8 volts. Cependant, pour atteindre de hautes fréquences et/ou des timings agressifs, il faut augmenter cette tension.

Les mémoires courantes sont généralement qualifiées par le seul « CL » ou CAS Latency. Cette valeur est alors typiquement de 5 pour la DDR2… Cependant, les modèles hautes performances sont qualifiés par 4 paramètres : CAS lantency, RAS to CAS Delay, RAS Precharge time et RAS Active Time. Ces valeurs sont issues des temps respectifs tCAS, tRCD (RAS to CAS delay), tRP et tRAS divisés par le tCLK (ou la durée d’un cycle). Les valeurs données pour qualifier les mémoires sont donc des cycles et non des millisecondes ou toute autre unité de temps. Ces cycles d’attentes sont placés entre les différentes commandes envoyées à la mémoire… Plus ils sont faibles, plus les accès sont rapides et plus les performances sont élevées.

RASRAS to CASCAS


Si les timings serrés permettent d’augmenter principalement « la réactivité », la fréquence de la mémoire conditionne son taux de transfert maximum. Le petit tableau suivant est plus explicite qu’un long discourt !

Le SPD ?

Exemple de données SPD avec CPU-Z.Quand le BIOS est réglé en mode automatique, il utilise un circuit présent sur les modules de mémoire appelé SPD (pour Serial Presence Detect) afin de régler sans intervention les timings et la fréquence. Les valeurs contenues dans le SPD permettent un démarrage dans les meilleures conditions de … sécurité ! En clair, les timings sont très lâches (généralement 5-5-5-15) et la fréquence est parfois limitée à 333 MHz. Etant donné que de nombreux kits de DDR2-800 CL4 nécessitent un peu plus que la tension JEDEC pour fonctionner en 4-4-4-12, il faut manuellement accéder au BIOS et fixer soi-même les timings, la fréquence et augmenter légèrement la tension.

Pour pallier ce problème, NVIDIA et Corsair ont mis au point l’EPP (Enhanced Performance Profiles). Il s’agit d’un complément du SPD qui contient les valeurs de fonctionnement optimales pour la mémoire mais cette fois au niveau des performances. Contrairement au SPD, l’EPP contient des informations relatives aux tensions de fonctionnement. Actuellement, seuls les chipsets NVIDIA nForce 5 and nForce 6 supportent cette fonctionnalité intéressante.

Tester en toute sécurité !

L’achat d’un kit de DDR2-800 CL4 va souvent de paire avec une nouvelle configuration qui sera très probablement overclockée. Pour éviter de nombreux désagréments lors des tests d’overclocking, nous vous conseillons de directement vérifier les limites du kit en utilisant une configuration minimaliste. En clair, il suffit de brancher un lecteur optique avec CD de Memtest86+ et de rechercher le potentiel maximum de vos modules en suivant le même mode opératoire que nous (voir plus bas). En ne branchant pas le disque dur, vous lui épargnez quelques redémarrages « à chaud » et le risque de crasher complètement votre OS…

Quand vous aurez trouvé le maximum supporté par votre kit, revoyez la fréquence à la baisse d’une petite dizaine de MHz afin de conserver une certaine tolérance. Une solution fiable pour s’assurer de la stabilité du système (au niveau de la mémoire) consiste à laisser tourner Memtest86+ durant une nuit… Vous pourrez ensuite installer Windows et commencer l’overclocking du processeur : les capacités de la mémoire étant connues, vous n’opérerez plus à l’aveuglette !

Protocole de test

Pour tester les modules en overclocking, nous les avons installés sur une Gigabyte P35-DS3R avec un Core 2 Duo à 2,66 GHz (FSB 1 333 MHz). A 333 MHz en 3-3-3-8 et 400 MHz en 4-4-4-12, nous avons commencé avec une tension de 1,8 volt. Pourquoi avoir débuté si bas ? Simplement pour permettre à ceux dont la carte mère serait très limitée au niveau du réglage de la tension, ou à ceux qui ont peur, d’augmenter la tension !

En cas d’erreur avec Memtest86+, nous avons augmenté la tension de 0,1 volt jusqu’à valider la fréquence. Ensuite, nous avons fait monter le bus mémoire par pas de 10 MHz. Dès qu’une erreur a été reportée par Memtest86+, la tension a été augmentée de 0,1 volt jusqu’à 2,5 volts. Pour assurer la fiabilité des tests, la plus haute fréquence a été validée avec 3 passes successives de Memtest86+. Pour les timings 5-5-5-15, nous avons directement débuté à 450 MHz…

Les essais ont été réalisés sur un « banc de test » à l’air libre, c’est-à-dire avec la carte mère hors du boîtier et sans ventilation directe sur les modules de mémoire. Ce n’est que lors du « forcing » sous 2,5 volts que nous avons ventilé les barrettes avec un 120 mm à ~1000 rpm.

Impact des timings

Les tests que nous avons retenus ont été choisis car ils présentent une variance très faible, ce qui est très important compte tenu des faibles écarts de performances à mesurer. Nous avons par ailleurs retenu les « benchmarks » avant les tests. Notre panel se compose d’applications que nous utilisons couramment dans nos tests et pas d’applications judicieusement choisies pour surévaluer l’impact des timings ou de la bande passante.

Comme nous l’avions déjà constaté en interne dans le test (à paraître) des G.Skill SoDimm DDR2-677 CL4, le passage de 5-5-5-15 à 4-4-4-12 apporte très peu de gains. Il en va de même entre le 4-4-4-12 et le 3-3-3-8. Certes, c’est toujours mieux mais l’écart de prix pour un kit DDR2-800 CL3 est-il justifié ? Certainement pas. A noter que le ratio de 2,4:1 nécessaire pour exploiter la DDR2-800 avec un FSB 1 333 MHz n’est pas le plus intéressant en termes de performances. Les meilleurs résultats sont obtenus avec un ratio de 3:1 ce qui conduit à de la DDR2-1000 en 4-4-4-12.

A noter que ce test réalisé sur une carte mère Gigabyte avec un Intel P35 Express et un Core 2 Duo à FSB 1 333 MHz montre que l’impact des timings est à présent très faible. Il est plus faible que ce qu’il était par le passé avec les anciens chipsets…

Existe-t-il des écarts de performances à réglages identiques ?

Nous en doutions fortement à la base et les tests le confirment. Un kit de DDR2-800 4-4-4-12 en vaut un autre en termes de performances… ou presque ! Si les écarts sont vraiment anecdotiques voire inférieurs à certaines erreurs de mesures, on remarque que le G.Skill F2-6400CL4D-2GBHZ est un rien au-dessus de la moyenne… Enfin, il n’est pas utile de couper les cheveux en quatre, on ne choisit pas un tel kit parce qu’il est 0,01% plus rapide qu’un autre !

Le Dual Channel est-il utile ?

L’impact du Dual Channel se voit principalement dans les tests de taux de transfert où l’écart peut avoisiner 20%. En pratique et notamment dans les deux jeux utilisés ici, il passe quasiment inaperçu !

Overclocking !

La principale raison d’être des kits de DDR2-800 CL4 est la recherche des performances maximales notamment en overclocking. Plusieurs cas de figure peuvent exister selon le type de processeur overclocké : conserver des timings les plus faibles quitte à sacrifier la fréquence mémoire, tenir le CL4 le plus haut possible au-delà de 400 MHz ou sacrifier les timings afin d’atteindre les plus hautes fréquences. Nous avons décidé d’étudier les trois cas !
Err : erreur lors de MemTest86+
Ext : la machine s’éteint, clear CMOS nécessaire
Frz : freeze lors du test
Boot : impossible de démarrer, clear CMOS nécessaire

Comme le montre le tableau, les kits de Geil, OCZ et Patriot sont incapables de tenir les timings 3-3-3-8 à 667 MHz. Ceux de Crucial Ballistix Tracer PC2-6400 CL4 et Mushkin 2GB XP2-6400 99 EP 996523 excellent par contre dans ce test et supportent même ces timings très agressifs à 400 MHz !!! Les kits G.Skill F2-6400CL4D-2GBHZ, Kingston KHX6400D2LLK2 et le récent Transcend aXeRAM DDR2-800+ CL4 s’en sortent également très bien. On peut souligner au passage que ce dernier encaisse très bien la montée en fréquence avec une tension de seulement 2 volts.

Les Crucial Ballistix Tracer PC2-6400 CL4 prennent ici leur revanche sur leurs concurrentes Mushkin 2GB XP2-6400 99 EP 996523. A notre plus grande surprise, le kit Transcend aXeRAM DDR2-800+ CL4 fait aussi bien que les deux leaders mais avec une tension de seulement 2 volts. Un rien en dessous, on retrouve les G.Skill F2-6400CL4D-2GBHZ et Kingston KHX6400D2LLK2 suivis avec un certain retard par les Corsair CM2X1024-6400C4. Comme au premier test, les Geil Ultra Series GX22GB6400UDC, OCZ Platinum 2P800R22K et Patriot PDC22G6400LLK ferment la marche…

En sacrifiant les timings, les Crucial Ballistix Tracer PC2-6400 CL4 prennent le large avec une fréquence de 560 MHz soit de la « DDR2-1120 ». Trois autres kits sont capables de fonctionner en DDR2-1066 : G.Skill F2-6400CL4D-2GBHZ, Mushkin 2GB XP2-64+G5700 et Patriot PDC22G6400LLK. C’est la première fois que ce kit s’illustre, mieux vaut tard que jamais ! Les autres arrivent tous au moins à 500 MHz sauf celui d’OCZ. Globalement, il n’est vraiment pas nécessaire de pousser la tension pour monter en fréquence en CL5.

Des températures peu communes !

Tant qu’à faire des mesures d’overclocking, nous avons collé une sonde de température à la base du radiateur durant les tests de chacun des kits. Tous les radiateurs offrent un niveau de refroidissement comparable avec des températures inférieures à 55°C pour une tension de l’ordre de 1,8 à 2,0 volts. On arrive par contre facilement à plus de 75°C aux alentours de 500 MHz sous 2.4 volts ! Et oui, comme lors de l’overclocking d’un processeur, la tension intervient au carré dans la dissipation… Dans le cadre d’une telle utilisation, il est vivement conseillé de bien ventiler les modules. Et surtout ne pas les manipuler tant ils sont chauds !

Sur la chaise électrique !?

Contrairement à certaines idées reçues, augmenter la tension de manière importante ne contribue pas systématiquement à monter plus haut en fréquence. Ainsi, le kit Corsair CM2X1024-C4 n’a jamais demandé plus de 2,1 volts. Faire grimper sa tension jusqu’à 2,2 ou même 2,3 volts a précipité les erreurs sous Memtest86+. A l’inverse, les Crucial Ballistix Tracer PC2-6400 CL4 et Mushkin 2GB XP2-6400 EP 996523 ont généralement très bien apprécié l’ajout de 0,1 volt jusqu’à obtenir le maximum du kit sous 2,3 voire 2,4 volts ! Nous avons poussé tous les kits à 2,5 volts avec une ventilation, aucun n’a amélioré ses prestations dans ces conditions extrêmes…

Garanties

Tous les constructeurs garantissent leurs kits à vie, ce qui se traduit en pratique par une durée de 10 ans. S’ils se montrent assez tolérants pour les retours en cas de non support des timings, il ne faudra jamais retirer les radiateurs ni les autocollants de garantie ! Mushkin et Crucial offrent la possibilité de retourner les modules si vous n’en êtes pas satisfaits… Attention à bien conserver votre preuve d’achat car certaines demandes de SAV la nécessitent parfois même quand la garantie est assurée par le constructeur lui-même.

La puce à l’oreille !?

C’est la puce qui fait le module. Et tous les constructeurs ne semblent pas jouer le jeu. Certains modules sont déclinés avec plusieurs chips sans que cela ne soit précisé via des révisions. Dans certains cas, cela ne porte pas à préjudice, notamment quand le constructeur se « contente » d’utiliser différentes variantes des excellentes Micron D9. Les constructeurs sont souvent assez embarrassés dès que ce sujet est abordé : ils ne sont généralement pas très prolixes…

Classement performances/prix

  • Transcend aXeRAM TX800QLJ-2GK : Ce kit est la révélation du comparatif. Tout en étant le moins cher, c’est aussi un des plus performants sans demander une tension élevée. Dommage qu’il soit un peu limité en fréquence pure. Un des meilleurs achats actuels (sous réserve que le reste de la production soit de la même trempe).
  • Crucial Ballistix Tracer BL2KIT12864AL804 : Avec ce kit, on est dans un premier temps émerveillé comme un enfant devant un sapin de Noël par les petites diodes… Passé ce premier effet candide, on est médusé par l’impressionnante montée en fréquence ! A condition toutefois d’utiliser des tensions élevées. Assurément le meilleur achat !
  • Corsair XMS2 TWIN2X2048-6400C4 : Il couvre une belle plage de fréquences avec les trois séries de timings avec une faible tension d’alimentation. Un choix intéressant pour ceux dont la carte mère ne permet pas d’augmenter le voltage de la DDR2 de manière significative.
  • Kingston Hyper X KHX6400D2LLK2/2G : Kingston propose un très bon kit dont les prestations sont presque identiques à celle de celui de G.Skill. Il ne grimpe cependant guère au dessus de 500 MHz en CL5.
  • G.Skill Series HZ F2-6400CL4D-2GBHZ : Ce kit est un des plus anciens mais cela ne l’empêche pas d’offrir des performances de très haut niveau. Dommage que son prix reste plus élevé que la moyenne.
  • Mushkin Extreme Performance XP2 996523 : Plus cher que ses concurrents, il est également un des plus performants. Nous nous sommes parfois demandé s’il allait finir par arrêter sa montée en fréquence ! Par contre, en CL5, il ne rivalise pas avec les Ballistix Tracer et compte tenu du prix, ce n’est pas bon du tout !
  • Patriot PDC22G6400LLK : Ce kit ne court pas dans la même catégorie que les ténors. Il ne supporte pas le fonctionnement en DDR2-667 en CL3. En outre, il est médiocre en CL4 et accessoirement, il signe les moins bonnes prestations en termes de performances. Par contre, elles se rattrapent avec une fréquence élevée en CL5.
  • Geil Ultra Series GX22GB6400UDC : Comme les Patriot, elles ne supportent pas le mode DDR2-667 en CL3. En outre, leurs capacités d’overclocking sont très limitées…
  • OCZ Platinum OCZ2P800R22GK : Pas spécialement brillant, ce kit partage avec les Patriot PCD22G6400LLK et Geil Ultralow latency DDR2 PC6400 C4 l’impossibilité de fonctionner en CL3 à 667 MHz. L’overclocking est également plus que limité.

    Vous pouvez laisser vos commentaire dans ce topic du forum.