Home Tests Mobilité Deux netbooks de plus au comparatif : HP Mininote et Acer Aspire One HDD

Deux netbooks de plus au comparatif : HP Mininote et Acer Aspire One HDD

Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 12
MauvaisTrès bien 
Écrit par Pascal Thevenier   
Vendredi, 19 Septembre 2008 13:47
Après avoir passé en revue six netbooks, nous n’avions toujours pas trouvé la machine parfaite... Au final, l’Asus 1000 H reportait nos faveurs, suivi de près par l’Aspire One. Déjà très prometteur malgré son médiocre « SSD », le petit netbook d’Acer est à présent commercialisé avec un disque dur et décliné en versions Windows XP et Linpus ! Compte tenu de ses bonnes prestations malgré un « SSD » très lent, le disque dur 2 ½ pouces devrait vraiment donner des ailes à l’Aspire One. Dans la foulée, nous avons également testé le HP Minonote 2133, un netbook qui s’éloigne de la désormais sempiternelle recette Intel Atom et i915GSE au profit de composants VIA : processeur mobile C7-M, chipset VN896 et IGP Chrome9 HC. Ces deux netbooks vont-ils changer la donne ?


Quelques rappels…

Nous avons déjà longuement étudié les netbooks aux travers de plusieurs dossiers complémentaires :
  • Guide généraliste
  • Dossier technologique
  • Comparatif de six netbooks
  • Duel à 399 € : netbook contre portable
  • Nous nous focaliserons cette fois principalement sur les deux nouveaux venus sans manquer de les comparer aux six machines déjà évaluées… Mais avant de continuer, quelques remarques s’imposent. Depuis la rentrée, les netbooks font la une. Ils se sont même invités dans les journaux télévisés ainsi que dans la presse généraliste. De manière générale, le sujet a été bien traité et il est important de savoir qu’un netbook est un ordinateur aux capacités limitées. La vocation principale d’un netbook est la mobilité : il doit être facile à emporter n’importe où ! Il se doit donc d’être compact, léger et autonome plutôt que grand, puissant et lourd… Si grosso modo on constate un æquo sur le plan des performances (NDRL : comment pourrait-il en être autrement avec les mêmes composants ?), l’autonomie varie d’un peu plus de 2 heures à presque 6 heures ! De quoi faire pencher la balance en faveur d’un modèle ou d’un autre… Il ne faut pas non plus oublier le poids qui varie de 900 à 1500 grammes et la taille (où les écarts sont cependant « moindres »). Bref, ne foncez pas sur le premier netbook qui vous fait de l’œil sans avoir défini vos besoins !


    Les performances

    Pour une utilisation bureautique et Internet voire multimédia, il n’y a pas besoin d’une puissance de calcul démesurée. L’ Intel Celeron 900 MHz des EEE PC 900 est à ce titre largement suffisant pour un usage basique. Comme nous l’avons déjà signalé, c’est principalement le manque de réactivité des « SSD » mini PCI-Express qui limite les performances dans le cas d’une utilisation plus intensive. Dans cet exercice, le tout récent Intel Atom 1,6 GHz s’impose facilement. Même s’il s’agit d’un processeur « simplifié », il dispose de l’Hyperthreading qui lui confère une grande souplesse et un réel agrément d’utilisation… De son côté, le VIA C7-M du HP Mininote souffre d’un lourd héritage du passé, à savoir une unité FPU particulièrement médiocre. Ainsi, à côté d’un bon résultat obtenu au test CPU Mark (performances de l’ALU), le C7-M est le plus lent des processeurs dans Fritz Chess Benchmark. Il termine derrière le Celeron 900 MHz malgré une fréquence 78% plus élevée ! Déjà pénalisé par sa FPU, le VIA C7-M ne dispose pas d’une technologie comparable à l’Hyperthreading. Il est donc totalement dépassé dans les applications audio et vidéo ou en multitâches où le bon vieux Celeron 900 MHz fait mieux ! L’Acer Aspire One en version disque dur réédite les bons scores de son cousin…


    Les netbooks ne sont pas des monstres de puissance en 3D et le Chrome9 HC encore moins ! En se référant à son indice 3D Mark 2003, cet IGP semble plus puissant que celui des EEE PC 900. En pratique, il n’en est rien. En effet, seul « Wings of Fury » est fluide sur les netbooks (plus de 25 fps) sauf sur le HP Mininote qui affiche bien moins de 20 fps ! Quand aux autres « jeux », avec 3, 4 ou 5 voie 6 images par secondes, ils sont inutilisables. Déjà pénalisé par un processeur médiocre, le HP Mininote souffre également d’un circuit graphique dépassé incapable de rivaliser avec celui des netbooks à base d’Intel Atom (945GSE). Sans surprise, l’Aspire One HDD fait toujours partie des netbooks les plus rapides en 3D.


    Le HP Mininote – du moins notre modèle – est équipé d’un disque dur Hitachi de 120 Go assez performant. Il ne bénéficie cependant pas du support de l’AHCI. Equipé d’un disque dur à la place de son petit et très lent « SSD » Mini PCI-Express, l’Acer Aspire One est transfiguré.


    Le bilan global du HP Mininote 2133 est « catastrophique » : le disque dur véloce ne parvient pas à rattraper la sauce, pénalisé par un processeur et un circuit graphique bien trop lent. Ce netbook a le triste honneur de fermer la marche. L’Aspire One HDD se classe quant à lui sur la seconde marche du podium, derrière l’indétrônable Asus 1000 H…



    Autonomie et mobilité

    L’autonomie de l’Acer Aspire One ne souffre pas du passage du « SSD » au disque dur. Nous avons mesuré seulement quelques minutes d’écart dans les mêmes conditions de test. Le transformateur est inchangé par rapport à la version SSD : il souffre toujours d’une grosse prise avec mise à la terre… A noter que les Asus 901 (« SSD ») et 1000 H (HDD) avaient une autonomie très proche. Malheureusement pour lui, le HP Mininote 2133 qui est déjà le plus lent des netbooks est aussi le moins autonome. Il atteint in extremis deux heures sur batterie… De plus, son adaptateur fait partie des plus volumineux (sans égaler celui de l’Akoya) et la prise côté netbook n’est pas coudée, ce qui augmente l’encombrement.


    Les caractéristiques




    HP Mininote 2133
    Châssis & mobilité

    Le Mininote 2133 bénéfice d’un châssis métallique qui respire la qualité. Même s’il est entièrement lisse, la grande rigidité de l’ensemble confère une bonne prise en main de l’appareil. Le mécanisme des charnière est comparable à celui des Acer Aspire One et MSI Wind (ainsi que tous ses clones). Sans être aussi fermes que sur l’Acer, les charnières sont nettement moins lâches que sur le Wind et elles maintiennent correctement l’écran en place.
    En raison d’une autonomie faible, tous les déplacements devront se faire avec l’adaptateur secteur (1690 gr au total). Etant donné qu’il est relativement lourd et encombrant, le HP Mininote 2133 ne fait pas partie des netbooks nomades. La prise côté netbook prend aussi beaucoup de place.


    Ergonomie & périphériques
    Dès son ouverture, le HP Mininote réserve deux surprises ! Le clavier profite de touches énormes mais l’écran est franchement moyen. Bien que brillant, c’est de loin le moins lumineux de tous et il souffre d’une dominante jaune marquée. Une tare de plus !

    Les touches du clavier sont très grandes, lisses et incurvées. C’est un peu déconcertant au début mais l’habitude vient rapidement… Il faut cependant signaler que la qualité moindre du clavier dénote un peu avec le reste de l’appareil. Le touchpad signé Synaptics est comparable à celui de l’Acer Aspire One avec les deux boutons situés de part et d’autre de la zone tactile. Cette disposition ne nous a jamais causé le moindre problème mais est-ce généralisable ? Les boutons sont mous avec une longue course. Une fois encore, c’est un peu déboussolant au début mais pas pénalisant à l’usage.

    Les enceintes font partie des maigres points forts du HP Mininote 2133. Assez puissantes et surtout adaptées au niveau de sortie du chip audio, elles n’ont que peu de distorsion avec le volume au maximum. Mieux situées, les enceintes du HP restituent un son d’une qualité supérieure au 1000 H qui fait figure de référence. Il n’y a rien à dire au sujet de la webcam VGA qui fait son job, ni plus, ni moins.


    Technologie & utilisation
    Les composants VIA du HP Mininote 2133 sont lents et ne gratifient pas pour autant la machine d’une bonne autonomie. Mais ce n’est pas tout ! Non contents de leurs méfaits, ils chauffent et même très fort. Une fois activé, le ventilateur tourne à vitesse élevée et même régulièrement à vitesse très (trop) élevée. A l’issue des tests, la température relevée sur l’appareil atteint 45°C au niveau de la base, du clavier et du repose poignets. Le VIA C7-M est pourtant équipé d’une technologie qui lui permet d’adapter sa fréquence (de 800 MHz à 1600 MHz) selon la charge et d’un système de refroidissement avec une plaque en cuivre et un heatpipe ! Bruyant et chaud, voilà qui résume l’utilisation de ce netbook. Il faut cependant signaler la présence d’un bouton avec led témoin pour désactiver le touchpad et un témoin de verrouillage des majuscules. Exception faite d’un connecteur Express Card qui « remplace » un port USB, le reste de l’équipement est banal : wifi 802.11g, SDHC, sortie VGA, Ethernet, entrée et sortie audio.


    Bilan du HP Mininote 2133
    Basé sur des composants VIA peu performants qui chauffent beaucoup sans servir l’autonomie, ce netbook collectionne les défauts ! L’écran et l’encombrant adaptateur secteur ne jouent pas non plus en sa faveur et il faut encore ajouter un bruit de ventilateur permanent et bien trop élevé. Au final, les seuls éléments positifs sont le châssis métallique, les grandes touches, le port Express Card (selon l’usage) et les bonnes enceintes. Soyons francs : nous déconseillons ce HP Mininote 2133 !


    Acer Aspire One avec disque dur
    Châssis et mobilité

    La coque de l’Acer Aspire One en version disque dur est un peu différente. En effet, la base a un bossage de quelques millimètres sur le côté droit où le disque dur prend place. Vu de face, il est donc plus épais à droite qu’à gauche… En raison de ce renflement de taille modérée, l’avant du repose poignets est ~3 mm plus élevé que sur la version « SSD ». Le clavier légèrement incliné est à présent horizontal. Le reste demeure inchangé avec des charnières qui maintiennent bien l’écran en place.


    Même équipé d’un disque dur, l’Aspire One figure toujours parmi les netbooks les plus légers avec 1150 grammes. Sans surprise, Acer a conservé le même chargeur compact mais affublé d’une prise avec mise à la terre presque aussi lourde et encombrante que l’adaptateur lui-même… L’autonomie de l’Aspire One reste inchangée (2 heures 20 minutes) malgré le passage à un disque dur. Vivement la 6 cellules mais elle risque de faire grimper la note !


    Ergonomie & périphériques
    A part la bosse dans la base du châssis qui relève légèrement le clavier, il n’y a pas grand-chose à signaler par rapport à ce qui a déjà été écrit au sujet de l’Aspire One. L’écran est toujours d’excellente facture et le clavier aussi agréable… C’est l’occasion d’évoquer le problème du bruit du ventilateur qui a déjà fait couler beaucoup d’encre ! Le premier Aspire One que nous avons testé était vraiment silencieux, mais pas celui-ci. Quelques instants après le démarrage, le ventilateur s’emballe et devient plus bruyant que ne l’a jamais été l’autre modèle même à la fin des mesures de performances. Curieusement, les logiciels capables de lire les sondes de température n’ont rien relevé d’anormal. Tous modèles de netbooks confondus, le ventilateur semble être le point faible avec de grandes variations au niveau des nuisances sonores.


    Technologie & utilisation
    Agréable à utiliser en raison d’un clavier de très bonne facture, l’Aspire One « SSD » péchait toujours par une certaine lenteur au chargement des applications même sous Linpus. Avec un disque dur véloce, cet OS devient une véritable fusée et l’agrément général progresse franchement. Par contre, en version Windows XP, c’est nettement plus laborieux. Acer fournit un antivirus et une collection un peu trop importante de « bloatware » à notre goût. Cette tendance à alourdir Windows XP est d’ailleurs généralisée à tous les netbooks équipés d’un disque dur et c’est regrettable. A croire que parce qu’il y a des Go sur un disque dur, il faut essayer de les remplir ! Mais non, que diable ! Un netbook doit être réactif et démarrer rapidement. Heureusement, avec une installation propre de l’OS, le démarrage ne prend plus qu’une trentaine de secondes.


    Bilan de l’Acer Aspire One disque dur
    Acer avance à petite pas ! Nous espérions un disque dur et une batterie de six cellules, nous n’avons eu droit qu’au disque dur. Il suffit cependant à faire de l’Aspire One une machine performante et réactive pour un surcoût très faible en version Linpus (+30 €). Le tarif de la version Windows XP (399 €) est pour ainsi dire dissuasif et fait de l’Aspire One un « éternel numéro 2 ». En effet, l’Asus 1000 H (encore lui) est à peine plus cher et offre en plus le wifi « N », Bluetooth et une autonomie double.