Home Tests Hardware Les Core i7 sous Windows 7 RC 64 bits...

Les Core i7 sous Windows 7 RC 64 bits...

Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 4
MauvaisTrès bien 
Écrit par Pascal Thevenier   
Mercredi, 03 Juin 2009 18:51
La nouvelle architecture Nehalem est arrivée début novembre avec seulement trois représentants. Les Core i7 920, 940 et 965 ont du attendre pas loin de huit mois avant l’arrivée d’un grand frère… Le Core i7 975 affiche 133 MHz de plus que le Core i7 965 qui moulinait déjà à 3,20 GHz. L’intérêt d’une si faible montée en fréquence est limité. Mais afin de conserver un écart suffisant avec les modèles inférieurs, Intel est « obligé » de pousser un peu sa gamme vers le haut. En effet, le Core i7 940 cadencé à 2,93 GHz devrait bientôt prendre sa retraite pour céder sa place – sans hausse de prix - au Core i7 950 dont la fréquence atteindra 3,06 GHz. Le Core i7 920 et ses petits 2,66 GHz devraient continuer à assurer l’entrée de gamme. Nous avons profité du lancement du Core i7 Extreme 975 pour faire le point sur la gamme sous Windows 7 RC en 64 bits…


Yet another xxx MHz…

Voilà une expression qui était un peu tombée en désuétude mais qui traduisait pas mal de choses lors de la fin de vie des Pentium 4. A cette époque, Intel n’en finissait pas d’ajouter quelques MHz régulièrement histoire de faire parler de ses processeurs. Mais par rapport aux dernier Pentium 4 et D qui étaient très mauvais, les Core i7 sont d’excellents processeurs. Ils ont cependant une tâche très difficile à accomplir : prendre la relève des Core 2 Duo et Core 2 Quad dont la performance par MHz est déjà excellente. En effet, par rapport à Core, Nehalem ajoute l’HyperThreading, un triple contrôleur mémoire intégré, un cache L3, un mode turbo et une gestion très raffinée des ressources et de l’énergie. Technologiquement parlant, un processeur de type Core i7 est une petite merveille. En pratique, le bât blesse au niveau logiciel. Si aujourd’hui, il est inconcevable de faire l’impasse sur un processeur Dual Core, les Quad Core sont encore loin de se justifier en usage courant. Ils apportent un gain conséquent dans certains domaines comme le rendu 3D, le transcodage audio et vidéo, etc. Nous ne contestons absolument pas le gain de souplesse et de performances apporté à ces utilisations avancées… Nourrir 4 cores est encore relativement facile, mais quand l’HyperThreading ajoute son grain de sel, il devient très difficile de trouver des applications qui poussent les 8 processeurs à 100%. Mais revenons à notre Core i9 975… Que peut-on attendre d’une montée en fréquence de 4% ? Peu de choses !


Rapport prix/performance en berne ?

Le Core i7 975 arrive au même prix que le Core i7 965. En d’autres mots, Intel offre 133 Mhz. Dans un élan de générosité, le modèle « juste en dessous » profitera du même traitement. C’est gentil mais surtout pour Intel ! Le processus de gravure étant à présent rôdé, la production d’un processeur 133 MHz plus rapide que son prédécesseur est une sinécure. Nous aurions préféré une baisse de tarifs à ces quelques MHz symboliques…

Pendant que les Core i7 restent sur un piédestal, le prix des Core 2 Quad a considérablement baissé. Ainsi, le Q9650 cadencé à 3 GHz se trouve aux alentours de 300 €, c’est à dire un tarif comparable à celui du « petit » Core i7 920 à 2,66 GHz. Quant au Core i7 940 (2,93 GHz), il flirte toujours avec les 500 € ! Enfin, le Core i7 975 conserve le tarif usuel de 999 $ ! Il ne faut pas non plus oublier l’écart de prix au niveau des cartes mères : un « maximum » de 120 € pour une P45 en LGA775 et au minimum 190 € pour une carte LGA1366.


Le Core i7 Extreme 975

Comme tous les autres Core i7, le nouveau porte-étendard de la gamme utilise bien entendu la révision D0. Par rapport à la C0 du lancement, elle permet une meilleure montée en fréquence et une consommation légèrement moindre en charge grâce à des tensions un rien plus faibles. A noter qu’Intel n’a pas jugé bon de revoir le TDP qui reste fixé à 130 watts pour toute la gamme. Le reste ne change pas non plus ! Les Core i7 D0 comptent 731 millions de transistors gravés en 45 nm répartis entre les quatre unités d’exécution avec Hyperthreading dotées de 256 Ko de cache, le cache L3 de 8 Mo et les différents contrôleurs (mémoire, bus et énergie). En l’absence de nouveau « chipset », le lien QPI à 6,4 GT/s est toujours d’actualité. Par rapport au Core i7 Extreme 965, Intel a augmenté le multiplicateur de 24 à 25… Il en va de même pour le Core i7 950 qui utilise un multiplicateur de 23 contre 22 pour le Core i7 940.

Concernant le TDP et les tensions, il est bon de faire quelques rappels. Le TDP est la puissance maximale dissipée par le processeur en charge maximale. Depuis de nombreuses années, Intel fixe la même valeur pour une gamme entière de processeurs et plus séparément pour chaque modèle. Côté tensions, elles sont légèrement variables d’un « batch » de production à l’autre.


Configuration de test

Nous avons décidé d’aller de l’avant et de réaliser les tests sous Windows 7 64 bits. En effet, nous avions déjà comparé le Core i7 965 au Core 2 Quad QX9770 (tous les deux à 3,2 GHz) sous Windows XP 32 bits, le bon comportement de Windows 7 RC nous y a encouragé et nous avions envie de voir si le passage au 64 bits creuserait l’écart entre les architecture Core et Nehalem. Il faut souligner que Nehalem a introduit la MacroFusion en 64 bits alors qu’elle n’existait qu’en 32 bits auparavant… Dans les résultats, il est intéressant de comparer le Core i7 975 au Core 2 Quad à 3,33 GHz (10 x 333 MHz), c'est-à-dire même fréquence finale ou le Core i7 920 au Core 2 Quad Q9650, prix comparable de la plateforme.


Matériel
  • Asus P5Q3 Deluxe, Asus Rampage II Gene
  • Core 2 Extreme QX9650 et Core i7 Extreme 975
  • Corsair XMS3-1600 Dominator @ 1333 MHz CL7 2 x 2 Go + 2 x 1 Go, OCZ DDR3 1066 MHz CL8 3 x 2 Go
  • Radeon HD 4870 512 Mo
  • Western Digital Caviar 500 Go
  • Dell 2407WFP
  • Noctua NU-U12P et ventillateur OCZ 120 mm PWM
  • Lian Li PC-B20B

    Logiciel
  • Windows 7 RC 64 bits
  • Catalyst 9.5
  • CPU Mark
  • SuperPi
  • Fritz Chess Benchmark
  • MainConcept Reference 1.6
  • Cinebench R10 64 bits
  • 7z 64 bits
  • Crysis 64 bits
  • World In Conflict
  • 3D Mark 2006
  • 3D Mark Vantage
  • PC Mark Vantage 64 bits


    Performances


    7z 64 bits exploite le maximum de ressources et arrive à charger tous les cores. A fréquences égales, l'écart est énorme entre Core et Nehalem...


    Mêmes observations avec Cinebench R10 en 64 bits : les scores étaient bien plus serrés en 32 bits


    Dans Crysis 64 bits, on constate aussi un bon même si dans l'absolu, les performances sont faibles...


    En partie limité par des composants invariables comme le disque dur et la carte graphique, le score PC Mark Vantage progresse quand même bien avant la montée en fréquence. On note aussi un écart par rapport à Core.


    En transcodage vidéo Full HD (AHVCD), l'HyperThreadind des Core i7 est exploité.

    <
    Fritz ChessBenchmark calcule des coups d'échec et tire aussi parti de l'HyperThreading.



    Si le 3D Mark 06 n'est pas en mesure d'exploiter tout le potentiel des Core i7, les choses ont changé avec le 3D Mark Vantage (le score final est donné à tritre indicatif).


    Un curieux bloquage à 40 fps en haute résolution mais un écart marqué entre Core et Nehalem en basse résolution...



    Enfin, SuperPi et CPUmark n'exploitent qu'une seule unité d'exécution. Plus très utiles, ils restent prisés par les overclockers...

    Lors du lancement des Core 2 Duo, le pas entre les différentes fréquences était de 266 MHz (E6600 à 2,40 GHz, E6700 à 2,66 GHz et X6800 2,93 GHz). Cette fois, Intel se contente de 133 MHz, ce qui est franchement très peu. En 2003, les Pentium 4 C avaient déjà droit à 200 MHz d’écart sur un panel de fréquences comparables. Les 5 Core i7 sont cadencés de 2,66 GHz à 3,33 GHz (pas de 2,80 GHz), soit un écart de fréquence de 25% entre le plus lent et le plus rapide. En pratique, les performances grimpent jusqu’à cet écart théorique maximum sauf dans des tests comme PC Mark Vantage ainsi que les jeux où la carte graphique et le disque dur jouent les tampons. Ainsi, dans le test synthétique de FuturMark, l’écart se limite à 12%. Dans les jeux en résolutions « réelles », il est de l’ordre de 10% dans Crysis alors que curieusement, World In Conflict est nul : 40 fps tout le temps (probablement un bug).
    Si la montée en puissance est bien au rendez-vous et proportionnelle à la hausse de fréquence, il n’en va pas de même du prix qui double à chaque fois que le Core i7 prend quelques MHz ! Bref, à côté de la progression linéaire des performances, nous avons une évolution exponentielle des prix…

    Par rapport à Core, Nehalem marque le coup surtout avec les logiciels en 64 bits. L’écart qui existait déjà en 32 bits se creuse encore en 64 bits notamment dans le Cinebench R10. Dans ce test, on remarque aussi que le gain entre le rendu sur 1 processeur et sur n processeurs est tout juste de 4 avec les Core i7 contre 3,5 sur les Core 2 Quad. D’ailleurs exception faite de 7z, aucun des logiciels utilisés ne met les « 8 processeurs » à 100% de charge. Dans Crysis en 64 bits, on remarque aussi un écart important entre les Core 2 Quad et les Core i7. Dans World In Conflict, on ne constate un écart important qu’en très basse résolution. Assez curieusement, le score 3D Mark Vantage est meilleur avec les Core 2 Quad. La partie graphique des tests tire probablement parti de la DDR3 1333 de la plateforme P45 des Core 2 Quad (contre DDR3 1066 pour le X58 et les Core i7).

    Il est peut-être un peu tôt pour généraliser mais les Core i7 semblent creuser l’écart par rapport aux Core 2 Quad avec des applications et un OS en 64 bits… Une chose est cependant certaine, pour exploiter 4 Go et plus, il faudra impérativement passer par un système 64 bits. Dans le cas de Windows 7, il faudra attendre octobre. Attendre, c’est d’ailleurs ce que nous conseillons de faire ! Attendre pour l’OS, mais aussi pour des prix plus abordable des Core i7…


    Consommation, nuisances et overclocking.

    Lors de notre premier test du Core i7, le « 965 » affichait un écart de consommation de 97 watts entre le repos et la pleine charge. Cette fois, avec le Core i7 975, l’écart atteint 100 watts mais malheureusement, nous ne disposions plus de la même carte mère… Quoi qu’il en soit, les Nehalem ont une excellente maîtrise de l’énergie et un très bon rapport consommation/performances. En outre, nos tests ont été réalisés sur un OS 64 bits, ce qui peut avoir un impact sur la consommation en charge…

    La température des Core i7 est assez impressionnante tant elle est faible. Avec un Noctua NH-U12 équipé d’un ventilateur OCZ PWM à 800 rpm, la température de chaque core est de 33°C au repos. Après une heure en charge sous Prime95, elle grimpe à 63°C et le ventilateur est passé à 1100 rpm. Il n’y a donc pas la moindre difficulté à construire une machine silencieuse à base de Core i7…

    Selon de nombreux sujets dans les forums, la révision D0 apporterait un gain en overclocking. Si nous n’avions pas réussi à atteindre 4 GHz en octobre, c’est à présent chose faite et assez facilement. Il faut préciser que l’Asus Rampage II Gene est autrement plus adapté à cet exercice que la DX58SO fournie par Intel huit mois plus tôt… Les Core i7 ont bien hérité du haut potentiel d’overclocking de leurs prédécesseurs. On peut d’ailleurs se demander pourquoi Intel s’est contenté d’ajouter timidement 133 MHz…


    Conclusion

    Le Core i7 Extreme 975 arrive avec 133 MHz de plus que le Core i7 Extreme 965 et, par rapport au 940 qu’il remplace, le Core i7 950 profite du même saut de fréquence. Ce petit lifting fait plus l’affaire d’Intel qui gagnera toujours autant sur ses Nehalem que des utilisateurs pour lesquels 133 MHz n’apportent… rien (ou si peu). Les Core i7 sont toujours aussi « brillants » sur tous les plans : performances, consommation et overclocking. Par rapport aux Core 2 Quad, ils semblent même encore plus véloces en 64 bits qu’en 32 bits, mais il reste le problème du prix !? Est-ce d’ailleurs un vrai problème ? Un Core i7 920 (250 €) et la moins chère des cartes mères (190) approchent les 450 € tandis qu’un Core 2 Quad Q9650 (300 €) et une carte mère de bonne facture (120 €) montent quand même à 420 €. Pour l’acheteur, le choix se résume (à prix comparable) à opter pour l’ancienne génération en haut de gamme ou au ticket d’entrée de la nouvelle génération… D’après ce que laisse présager le 64 bits, il semble à présent judicieux de préférer la plateforme Nehalem avec le petit Core i7 920, les modèles plus véloces étant bien trop coûteux. Le couple Core i7 & Windows 7 64 bits étant très prometteur, mieux vaut attendre fin octobre. D’ici là, les prix des Core et de leurs cartes mères ne peuvent que baisser…

    Seule l'entrée de gamme est abordable en Core i7, les autres, surtout le 975, peuvent rester dans un écrin !
  •